Skip to content

Qu'est-ce que la Phénoménologie ?

« Le monde est affectivement neutre. » Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception (1945).

La phénoménologie est un courant de pensée philosophique qui et né de cette interrogation : nous avons une certaine connaissance du monde, mais qu’est-ce qui nous prouve que cette connaissance correspond à la réalité ?

La phénoménologie c’est l’étude des phénomènes. Les philosophes Merleau-Ponty et Husserl (19ème et 20ème siècle) ont développé une réflexion sur le fait d’accueillir les phénomènes tels qu’il sont, de la façon la plus objective afin de pouvoir embrasser toute leur richesse sans être le moins possible influencé par ce que l’on sait (ou ce que l’on croit savoir), et ainsi permettre d’ouvrir au maximum la porte à la prise de conscience.

Le « phénomène », objet d’étude de la phénoménologie, est tout ce qui est vécu par un individu dans l’instant présent, ce qui apparaît spontanément à son conscient, relié à ses sensations corporelles, à ses émotions, à ses pensées ou évocations ; c’est tout ce qui est expérimenté par la personne, « ici et maintenant », sans a priori, sans référence au passé, ni intention vers l’avenir. Cette approche se concentre donc sur la chose vécue pour elle-même, en suspension de tout jugement, comme si l’événement vécu était considéré comme « entre parenthèses » des autres événements de la vie ; le sujet ne fait que se concentrer sur l’objet de sa recherche pour en découvrir le sens profond, son essence, sa réalité.

Ainsi, la manière avec laquelle l’individu perçoit ce qu’il ressent le définit dans sa subjectivité. Comprendre sa propre perception, c’est donc se comprendre soi-même ; et comme l’homme est une «parcelle d’universalité», en apprenant à se connaître lui-même, il s’approche toujours un peu plus de la connaissance du monde, de la connaissance absolue.

La sophrologie s’inspire largement de ce courant de pensée. On peut même dire que cette pensée est le support de tout travail sophrologique puisqu’en pratiquant, le sophronisant (la personne qui pratique la sophrologie) devra exercer son esprit à porter un regard neuf sur chacune de ses pratiques. En accueillant les phénomènes vécues pendant la séance « comme si c’était la première fois ». Cela lui permettra une meilleure compréhension et intégration. C’est pour cela aussi que les moments de silence sont importants dans chaque pratique, pour laisser la personne intégrer le vécu qu’elle est en train d’expérimenter pendant sa séance.

illustration fleurs de pissenlit
Back To Top